Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML

Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML

Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML Galerie AS3/XML

Gaillon, foyer de la Renaissance (2)


Les archevêques de Rouen
Georges Ier d'Amboise (vers 1460-1510), archevêque de Rouen (1493-1510)

Fidèle et plus proche conseiller du duc Louis II d'Orléans, Georges Ier d'Amboise suit ce prince aussi bien dans les mauvaises fortunes (il est fait prisonnier après la défaite de celui-ci à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488) que dans les événements beaucoup plus favorables.
Et favorables, les événements le furent : en avril 1498, Louis d'Orléans accède au trône de France. A partir de ce moment, Georges d'Amboise, archevêque de Rouen depuis 1493, est promu conseiller principal du roi, cardinal, gouverneur de Normandie et bientôt, après l'annexion du Milanais par les troupes françaises en 1499, vice-roi de cette province et légat du pape en France. En 1503, la tiare pontificale lui échappe de peu à deux reprises.
Ces charges cumulées apportent au cardinal des ressources financières considérables qui lui permettent la réalisation du grand dessein qu'il projette pour Gaillon.

Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707),
archevêque de Rouen (1691-1707)


Fils du ministre de Louis XIV, Jacques-Nicolas Colbert est docteur en Sorbonne, abbé du Bec-Hellouin, prieur commendataire de la Charité-sur-Loire (1665), membre de l'Académie Française (1678) et coadjuteur de l'archevêque de Rouen François Rouxel de Médavy (1680), avant de lui succéder (1691).
Image  
Georges d'Amboise
Image   Image   Image
Le château vu du nord-est
Plan du domaine et vue à vol
d'oiseau du château de Gaillon
L'archevêque de Rouen
Jacques-Nicolas Colbert